Quand les chercheurs de la région travaillent pour l’avenir de la région

Le projet PubPrivLands réunit les chercheurs de six laboratoires pour réfléchir à l’échelle du territoire Bourgogne-Franche-Comté à la gestion des espaces publics et privés et à ses conséquences écologiques, économiques, environnementales, sociales et sanitaires. Le tout afin d’envisager des scénarios d’aménagement pour le futur.

PubPrivLands est un projet intégré, financé par la Région Bourgogne-Franche-Comté et porté par ISITE-BFC, qui mobilise les compétences de six laboratoires : ThéMA1, Cesaer2, Ledi3, Biogéosciences, Chrono-environnement et Agroécologie. Écologues, géographes, économistes, climatologues, historiens, sociologues paléo-environnementalistes et médecins épidémiologistes travaillent désormais de concert sur un même objet de recherche : la question foncière en Bourgogne-Franche-Comté4. Ils vont mener ensemble une étude interdisciplinaire approfondie des paysages urbains, ruraux et naturels, dans leurs dimensions passées, actuelles et futures. Ces espaces ne sont pas soumis aux mêmes pressions ni gérés de la même manière selon qu’il s’agit de terrain privés ou d’espaces publics, et chacun de ces modes de gestion a pu ou pourra avoir un impact sur leur évolution, en termes de biodiversité par exemple, mais pas seulement.

Ce consortium rassemblant plus de 65 chercheurs souhaite comprendre, d’un point de vue à la fois environnemental, économique et sociétal, les causes et conséquences de la gestion des terres privées et publiques. En ce qui concerne la forêt, les chercheurs vont non seulement avoir une approche historique, pour comprendre l’impact qu’a pu avoir la gestion forestière au cours des siècles précédents, mais aussi utiliser la modélisation pour prévoir son évolution selon l’évolution climatique ou le mode d’utilisation des terres. D’autres vont s’intéresser à la biodiversité des paysages urbains, qu’elle soit animale (avec un focus sur les oiseaux des villes), ou végétale, mais aussi à la façon dont celle-ci est perçue – de façon souvent erronée – par la population. Les sociologues et les géographes vont travailler sur la perception qu’ont les gens de leur environnement, tandis que les économistes vont s’intéresser à la valeur du patrimoine foncier. Climats actuels et anciens, conflits sociaux, flux de carbone, ressources en eau, bruit et pollution, politiques actuelles et passées… toute la région va être analysée dans le détail.

L’objectif de cette réflexion globale, à l’échelle du territoire, est d’aboutir à des propositions d’aménagement pertinentes pour la région, et d’influencer les politiques publiques afin que celles-ci puissent répondre efficacement aux enjeux environnementaux à venir.

  1. Théoriser et modéliser pour aménager
  2. Centre d’économie et de sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux
  3. Laboratoire d’économie de Dijon
  4. Les terrains d’étude sont disséminés sur l’ensemble de la région. Ils concernent tout d’abord les deux agglomérations dijonnaises et bisontines, les forêts du Haut Jura et du Châtillonnais, le parc naturel régional du Haut Jura et un parc national naturel en création sur les forêts de Champagne et de Bourgogne.

Contacts :

Francis Raoul
francis.raoul@univ-fcomte.fr

Nicolas Renahy
nicolas.renahy@inra.fr

Porteurs du projet PubPrivLands

Publié le 5/06/2017