Portrait de chercheur – Les « fellowships » d’ISITE-BFC

Florent LEBON, lauréat d’un fellowship UBFC Junior

Florent LEBON

Issu d’une formation STAPS (Universités de Valenciennes et Lyon 1), Florent LEBON réalise sa thèse (soutenue en 2009) portant sur l’efficience du travail mental sur le développement et le recouvrement des capacités motrices au sein du laboratoire CRIS. Entre janvier 2010 et août 2012, il effectue plusieurs séjours post-doctoraux, notamment à l’université d’Auckland (Nouvelle-Zélande) dans les laboratoires des Pr Byblow et Pr Stinear ainsi qu’à l’université de Californie – Berkeley dans le laboratoire CognAc du Pr Ivry. En septembre 2012, il rejoint le laboratoire Cognition, Action et Plasticité Sensorimotrice (CAPS – UMR1093 / Inserm, uB). Ses centres d’intérêt portent principalement sur la thématique de l’imagerie motrice dans un contexte de développement des capacités motrices et de réhabilitation après blessures centrales et périphériques. Ainsi, ses recherches se trouvent à la croisée des neurosciences comportementales et cognitives et de la psychophysiologie. D’ailleurs, Florent LEBON est co-investigateur du projet PIA TEAM Sports (1 208 000€ pour 4 ans), attribué par le Programme Prioritaire de Recherche « Sports de très haute performance » en vue des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.

1. Lors du premier appel à projet d’ISITE-BFC, vous avez candidaté pour un fellowship UBFC Junior. Quelles ont été les motivations premières de cette candidature ?

Cet appel à projet constituait une opportunité pour la valorisation et la poursuite de mes projets de recherche initiés depuis mon intégration, en 2012, au laboratoire Cognition, Action et Plasticité Sensorimotrice (UMR1093 / INSERM, uB). Je voulais approfondir une de mes thématiques principales portant sur les mécanismes neuronaux associés à l’imagerie motrice, qui correspond au fait de se représenter mentalement un mouvement. Après avoir encadré deux doctorants sur le sujet, j’ai eu la possibilité de demander et d’obtenir, via l’AAP fellowship UBFC Junior, un financement me permettant de recruter un post-doctorant. Les opportunités scientifiques (mise en place de collaborations, participation à des congrès, rencontres nouvelles avec des confrères, etc.) inhérentes au fellowship me permettait d’envisager la consolidation de mon réseau de partenaires scientifiques en vue d’une demande de financement auprès du Conseil Européen de la Recherche (ERC pour European Research Council).

2. Quels sont les atouts du projet pour lequel vous avez obtenu cette bourse vis-à-vis de l’ERC ?

Le projet que je porte est intitulé « Plasticité neuronale et actions mentales », il s’intègre dans l’axe 3 d’ISITE-BFC « Soins individualisés et intégrés ». Cette recherche en sciences cognitives et comportementales concerne l’adaptation du système nerveux chez l’Homme, induite par l’imagerie motrice. C’est une thématique qui suscite beaucoup d’intérêt, que ce soit chez les chercheurs ou les acteurs de terrain, de par ses fondamentaux (compréhension de la pensée humaine) et ses aspects pratiques (protocole d’entraînement et de prise en charge pour les patients). L’ambition de ma recherche est de déterminer les composants nerveux qui entrent en jeu dans l’imagerie motrice.

Outre sa thématique porteuse, un autre atout de mon projet réside dans sa méthodologie, avec l’utilisation de techniques complémentaires d’enregistrement et de stimulations non-invasives. Grâce à ces dernières, il est possible d’interroger l’implication des différents étages de notre système nerveux, en partant du cerveau jusqu’aux muscles en passant par la moelle épinière. L’avancée des travaux de ce projet a permis d’obtenir des résultats préliminaires, qui ont d’ores et déjà fait l’objet de publications, ouvrant la voie à une demande de financement ERC.

3. Selon vous, quel est le ou les points forts du programme I-SITE porté par UBFC ?

Un des points forts du programme ISITE-BFC est la diversité de ses dispositifs. Plus particulièrement, le fellowship UBFC Junior donne la possibilité à de jeunes chercheurs de pouvoir acquérir plus d’autonomie au sein d’un laboratoire, de développer leur projet de recherche en se familiarisant avec les démarches scientifiques et administratives, et ainsi, de renforcer leur CV en vue de l’obtention d’autres financements.

De manière générale, ISITE-BFC est une réelle plus-value pour la région. Les formations de masters internationaux constituent la suite logique du développement et d’attractivité de l’université. Le programme ISITE apporte au territoire une véritable visibilité sur la carte nationale par rapport au rayonnement des autres grandes universités. Les projets financés par ISITE-BFC donnent aux lauréats un crédit supplémentaire pour d’autres demandes de financements (PIA, ERC, IUF, etc.). En ce sens, le mode de candidature aux différents fellowships ISITE-BFC est identique à celui des autres appels à projets, nationaux et internationaux (dont ERC). Cela permet à certains chercheurs de s’entrainer et à d’autres, de gagner du temps dans leurs démarches.