Les projets financés grâce à RITM-BFC

RITM-BFC accompagne les équipes enseignantes dans leurs démarches d’innovation et permet aux initiatives intéressantes nées dans certains établissements d’essaimer.

Il permet actuellement de financer 18 projets qui se répartissent en plusieurs catégories : innovation pédagogique, recherche, compétences sociales, open labs, résidences de la pédagogie et formation tout au long de la vie.

Innovation pédagogique

Le succès des tests d’auto-évaluation (UNISCIEL) via moodle en 2017-18 en Sciences de la Vie et de la Terre amène l’équipe projet à proposer, à travers une discipline (diversité du règne animal), deux nouvelles expériences numériques : d’une part des tests interactifs en amphithéâtre et d’autre part des tests obligatoires à réaliser avant chaque séance de TD/TP.

L’évaluation de ces expériences en termes de réussite se fera :
1) par comparaison des notes obtenues entre les années précédant ces tests en CM et TD/TP avec celles de l’année de mise en place (et les suivantes),
2) par un questionnaire d’appréciation auprès des étudiants.

Si l’expérience montre une amélioration significative, elle sera communiquée localement (UFR), par les canaux médiatiques uB et UBFC.

La mise en place de groupes de travail sera proposée pour l’aide à une démarche similaire dans d’autres disciplines. Finalement, ces tests pourront être partagés avec UNISCIEL avec lequel un partenariat a été établi.

Mots clés :
Réussite en première année de licence, travail continu, environnement numérique de travail.

Porteur de projet :
Corine LELOUP
Université de Bourgogne
corinne.leloup@u-bourgogne.fr

Dans l’introduction du plan étudiant proposé en novembre 2017, madame la ministre explique : « À la diversité des bacheliers, nous devrons donc faire correspondre la diversité des parcours (…) La personnalisation des parcours sera bien la règle (…) Pour ceux qui veulent plus, plus vite : des parcours accélérés seront proposés ».

Il est évident que, si une attention toute particulière doit être apportée aux étudiants qui « ont besoin de plus d’aide », il ne faut pas oublier les lycéens brillants. Il est donc tout à fait cohérent d’imaginer des parcours de réussite en licence à géométrie variable.

Le parcours Licence en 2 ans présenté ici rentre dans ce contexte de personnalisation prônée par madame la ministre. Ce projet s’inscrit largement dans la liaison Lycée-Université et dans l’effort d’orientation soutenu par le plan étudiant.

Le principe de la Licence en 2 ans : préparer le futur lycéen STAPS à entrer directement en Licence 2 après l’obtention du baccalauréat. Pour rentrer dans ce dispositif, il aura suivi et validé les contenus de la licence 1 pendant ses années de première et de terminale.

Mots clés :
Réussite, étudiants, liaison lycée-université, licence STAPS

Porteur de projet :
Vincent PESEUX
U-Sports
Université de Franche-Comté
vincent.peseux@univ-fcomte.fr

 

 

Ce projet fait suite au projet « Tests de positionnement et remédiation en mathématiques pour les nouveaux entrants à l’UTBM » financé par l’UTBM dans le cadre de l’appel à projet « AAP Pédagogie Innovantes ».

Ce financement a permis la participation du porteur au Workshop WIMS 2018 à Orsay. Les échanges avec les principaux acteurs WIMS l’ont convaincu de la pertinence d’oeuvrer à la promotion de cet outil à l’échelle de l’UBFC en synergie avec l’effort national (voire international).

La transition lycée-université y a fait l’objet d’un groupe de travail. La valeur ajoutée de l’utilisation de WIMS dans les cycles de transitions semble potentiellement importante et est au coeur du présent projet. Il est également apparu un manque concernant les exercices basés sur des démonstrations que nous pensons pouvoir combler.


Ainsi, ce projet WIMS-BFC Lancement de 12 mois opère sur deux aspects :
1) création d’une communauté WIMS-BFC de pratique et d’usage,
2) développement d’un module de création d’exercice à base de démonstration (EBoP).
Même si ces deux objectifs sont liés à terme ils ne s’inscrivent pas dans la même dynamique : l’un est opérationnel rapidement, l’autre constitue une activité de recherche.

La communauté WIMS-BFC permettra l’expérimentation et à terme la validation des résultats de cette recherche. Ce projet tel qu’il est déposé porte sur un an bien qu’il soit conçu pour une durée plus longue.

Mots clés :
Plateforme d’exercices interactifs en ligne, ressources numériques libres, communauté d’innovation et de pratiques, exercices basés sur des démonstrations (EBoP1).

Porteur de projet :
Michel LENCZNER
UTBM
michel.lenczner@univ-fcomte.fr

Les sciences de la Terre fondent leur apprentissage des connaissances sur l’analyse de données issues du terrain. Dans la formation d’un géologue cet apprentissage se fait classiquement par des travaux en situation, mais le nombre de sorties reste limité au regard des besoins essentiels, notamment pour des raisons économiques.

Ce projet propose de développer une approche pédagogique numérique innovante basée sur la réalité virtuelle immersive sur le terrain en géologie. Cette première expérience sera menée sur deux thématiques différentes (la sédimentologie et la paléontologie).

L’application sera réalisée sur deux sites bien connus par l’équipe projet et permettra aux apprenants d’étudier des terrains éloignés d’intérêt pédagogique reconnu.

Cette nouvelle approche pédagogique inédite et novatrice sera favorable au rayonnement d’UBFC et en phase avec les attentes et les besoins évidents de la génération d’étudiants « digital native ».

Mots clés :
Réalité virtuelle immersive, géologie, terrain, modèle 360°, pédagogie numérique, visite virtuelle.

Porteur de projet :
Jean-François BUONCRISTIANI
UFR SVTE
Université de Bourgogne
jfbuon@u-bourgogne.fr

La sédentarité est un fléau de notre société actuelle aussi bien en termes de santé physique, que psychosociale et cognitive. Les étudiants constituent un public particulièrement à risque (cours, repas, révisions etc…) et notre modèle pédagogique doit être repensé afin de promouvoir leur santé, leur bien-être et donc leur réussite.

Ainsi, les objectifs de ce projet sont :
1) d’équiper, sur 3 ans, trois salles de cours de l’UBFC de divers outils permettant d’expérimenter « une pédagogie active » (steppers, pédaliers, gym ball bureau etc…)
2) d’évaluer la faisabilité et l’influence de ce modèle pédagogique sur la compréhension et l’attention des étudiants.

Sur le long terme, ce projet vise à toucher l’ensemble des étudiants et personnels, à l’échelle des composantes, d’un établissement et plus globalement du site Bourgogne-Franche-Comté.

La transformation pédagogique générée par l’équipement de salles «actives» pourra appuyer une politique locale et nationale de «Santé-Sport»

Mots clés :
Étudiants, personnels, bien-être, sédentarité, concentration, académique.

Porteur de projet :
Laurie ISACCO
U-Sports
Université de Franche-Comté
laurie.isacco@univ-fcomte.fr

Ce projet vise à utiliser des outils numériques et pédagogiques innovants pour améliorer le suivi du travail des étudiants dans le cadre de la Licence. Le développement d’outils d’évaluation en continu nous permettra d’optimiser leur progression dans l’acquisition des connaissances.

Cette expérimentation sera d’abord réalisée à l’UFR Sciences Vie Terre Environnement (UFR SVTE) de l’Université de Bourgogne (uB), en 2ème année de Licence Sciences Vie (L2SV), plus particulièrement en CM/TD/TP de Biochimie puisque l’expertise des notes montre que cette matière est une de celles qui contribue le plus à l’échec des étudiants en L2SV. Ceci s’explique par le fait que les nombreuses connaissances à acquérir en Biochimie nécessitent un travail régulier des étudiants pour apprendre les différents cycles métaboliques du vivant.

Nous partons de l’hypothèse que le contrôle continu (CC) actuellement réalisé n’est pas assez fréquent pour favoriser le travail régulier des étudiants. L’objectif est donc de tendre vers une évaluation interactive des apprentissages qui permettra à l’enseignant de revenir immédiatement sur des notions mal comprises afin d’améliorer la réussite des étudiants.

Pour évaluer et optimiser la réussite de ce projet, nous nous appuierons sur les ingénieurs pédagogiques et évaluateurs du CIPE de l’uB et sur les médiateurs numériques éducatifs de l’Atelier Canopé de Dijon (ex. CRDP). Si l’évaluation de cette innovation pédagogique est positive, son essaimage sera réalisé au sein d’UBFC, notamment par communication lors de différents événements (Bac@sable de l’uB, Université Numérique d’Automne…).

Mots clés :
Outils numériques et pédagogiques innovants, évaluation continue interactive (ECI), CIPE, Canopé.

Porteur de projet :
Benoit POINSSOT
Université de Bourgogne
benoit.poinssot@u-bourgogne.fr

Recherche

Dans le cadre des appels à projets RITM-BFC, des équipes pédagogiques dans des domaines scientifiques variés vont proposer des initiatives et innovations pédagogiques pour favoriser la réussite des étudiants de premier cycle.

Le but de ce projet est double. D’une part, accompagner ces équipes pédagogiques ne disposant pas toujours d’une expertise dans le domaine des sciences de l’éducation par les principes et outils de ce domaine de recherche dans une démarche de coconception. D’autre part, produire des évidences empiriques sur les effets de ces dispositifs dans le but de les disséminer.

Dans ce projet, des chercheurs mobiliseront des méthodes mixtes (quantitatives et qualitatives) pour accompagner des dispositifs innovants et mesurer leurs effets de façon à faire évoluer les pratiques des enseignants du supérieur et ainsi de les inscrire dans une dynamique de changement des pratiques usuelles.

Mots clés :
Sciences de l’éducation, accompagnement, expérimentation, essaimage.

Porteur du projet :
Christophe Reffay
Université de Franche-Comté
christophe.reffay@ubfc.fr

Ce projet de recherche propose d’interroger la place des stages dans les cursus pédagogiques de licence, notamment en 3ème année de licence, générale ou professionnelle.

La montée en puissance de la professionnalisation liée aux enjeux d’orientation et d’insertion professionnelle des étudiants, conduit les équipes pédagogiques à
intégrer les stages dans leurs parcours sous différentes formes, optionnelles ou obligatoires. Se posent plusieurs questions sur les difficultés d’accès aux stages, mais également la qualité du contenu formatif des stages et leurs effets sur la suite du parcours universitaire de l’étudiant concernant notamment sa réussite en licence, son orientation en master, son insertion ou éventuellement sa mobilité géographique. Ce projet s’appuie sur une méthodologie mixte, qui intègre des analyses d’évaluation quantitative des dispositifs de réussite et des travaux
qualitatifs de didactique professionnelle pour appréhender la dimension formative du stage et la valorisation des apprentissages en situation de
travail par les équipes pédagogiques.

Porteur de projet :
Claire Bonnard
Université de Bourgogne
claire.bonnard@u-bourgogne.fr

L’objectif de cette recherche est d’apporter des éléments nouveaux à la compréhension des inégalités de réussite à l’université. Dans le contexte français, les recherches se focalisent sur de nombreux facteurs explicatifs : caractéristiques individuelles (scolarité antérieure, caractéristiques sociodémographiques) des étudiants, méconnaissance du système universitaire et du nouveau « métier » d’étudiant. Mais l’échec est aussi expliqué par des facteurs contextuels qui s’inscrivent dans des politiques nationales ou dans le cadre de politiques d’établissement portant sur l’organisation des enseignements, des dispositifs d’accompagnement des étudiants, des pratiques enseignantes et plus généralement de la pédagogie universitaire.

Ce projet se focalise sur d’autres facteurs explicatifs portant sur les pratiques d’apprentissage des étudiants. En s’intéressant d’une part aux biais métacgnitifs des apprenants et aux moyens de les réduire. Et, d’autre part, aux stratégies d’apprentissage efficientes quant à leur motivation et leur réussite.

Porteur de projet :
Sophie Morlaix
IREDU
Université de Bourgogne
sophie.morlaix@u-bourgogne.fr

Compétences sociales

L’IUT du Creusot et le Campus des Métiers « Industrie Technologique Innovante et Performante » accueillent sur le campus du Creusot les étudiants, demandeurs d’emploi, ou salariés désireux de concevoir, construire et mener un projet à travers le dispositif #ICI (#Initiatives se #Construire #Innovation).

Créé en 2015 puis transformé en diplôme d’université en 2016, ce dispositif propose une année exploratoire pour se connaître, dévoiler son potentiel et ses talents, appréhender le monde économique, développer des compétences sociales et de gestion de projet, confirmer son choix d’orientation ou l’évolution de sa carrière, à travers un projet de manière agile.

Forts du succès de ce dispositif, les enseignants proposent son extension en un cursus de licence professionnelle Smart Factory pour former de jeunes cadres intermédiaires acteurs de la transformation et de la mutation des entreprises avec le numérique.

Mots clés :
Pédagogie par projet, insertion professionnelle, innovations technologiques, exploration, compétences, parcours personnalisé, orientation active, Industrie 4.0

Porteur du projet :
Olivier LALIGANT
IUT Le Creusot
Université de Bourgogne
olivier.laligant@u-bourgogne.fr

Ce projet a pour finalité la mise à disposition des étudiants de 1er cycle d’un module méthodologique en ligne visant à réduire le fossé entre lycée et université.

Grâce aux applications offertes par le numérique et en association avec la dimension cognitive de l’apprentissage, les enseignants souhaitent accompagner les étudiants en leur apportant un ensemble de clés pour la future réussite de leurs études dans le supérieur.

Le travail de scénarisation mettra l’accent sur l’individualisation du parcours avec une spécialisation par discipline. Ce module proposera un ensemble de ressources telles que : des capsules vidéo (tutoriels, conseils d’enseignants, témoignages, …), un espace d’échange (forums, …), des liens utiles, et des activités formatives (quizz, glossaires, mini-jeux, …).

S’il est question d’accompagner le développement de l’autonomie de l’étudiant avec cet ensemble de ressources, elles seront également accessibles aux enseignants en vue de l’hybridation de leurs enseignements méthodologiques.

Mots clés :
Méthodologie dans le supérieur, réussite en licence, hybridation des enseignements, autonomie de l’étudiant, apprendre.

Porteur de projet :
Fabrice BOUQUET
Université de Franche-Comté
fabrice.bouquet@univ-fcomte.fr

 

S2EL2 est un projet d’« escape game » destiné, dans un premier temps, aux étudiants de 3ème de licence de chimie et conçu et mis en scène par des étudiants en 2ème année de master.

Concrètement, des équipes d’étudiants de L3, plongées dans un univers où se mêlent chimie, médecine et logique, devront résoudre différentes énigmes en s’appuyant sur leurs connaissances en culture chimique pour trouver le moyen de sortir d’une salle.

Cette initiative pédagogique a pour finalité de pérenniser un savoir scientifique par le biais d’une aventure ludique. Cette expérience permettra également aux étudiants d’apprendre à développer leur esprit d’équipe, leur esprit critique et leur offrira un apprentissage par essai – erreur de la gestion de projet et de personnes, des compétences qui font souvent défaut aux étudiants.

Par ailleurs, cette démarche développera le lien entre les étudiants de niveaux différents (licence, master) et apportera un esprit « promo » manquant souvent à l’université.

Mots clés :
Jeu d’évasion, jeu pédagogique, chimie appliquée, compétences transversales.

Porteur de projet :
Ewen BODIO
Université de Bourgogne
ewen.bodio@u-bourgogne.fr

 

L’apprentissage des statistiques dans les filières des Sciences de la Vie et de la Terre, et en particulier durant les premières années de licence, est freiné par plusieurs verrous : aversion fréquente pour la matière, manque de perception de son utilité, doutes sur les capacités à l’appréhender.

Ainsi, au-delà de la transmission de connaissances et de savoir-faire, un enjeu majeur est également de désinhiber les étudiants et de les convaincre de la nécessité de maitriser cet outil dans leur avenir professionnel et de leur capacité à atteindre cet objectif.

Le projet proposé vise donc à lever ces verrous en s’appuyant sur une méthode pédagogique active : la classe inversée. L’efficacité de l’expérience (réussite aux examens, perception de l’expérience d’apprentissage et intérêt pour la matière) sera évaluée en comparant la trajectoire des étudiants ayant bénéficié de la classe inversées à celle des étudiants suivant l’enseignement traditionnel actuel. Une analyse plus fine des résultats en fonction du niveau des étudiants fournira les bases pour la mise en place d’une pédagogie différenciée qui pourra être transférable à d’autres unités d’enseignement.

Mots clés :
Classe inversée, première année de licence, biostatistiques.

Porteur du projet
Aurélie KHIMOUN
Université de Bourgogne
aurelie.khimoin@u-bourgogne.fr

Le concept de la pédagogie par l’ailleurs répond à diverses problématiques actuelles rencontrées par les étudiants. En effet, le rôle principal est de construire un sens à la conquête des savoirs (pragmatiques, scientifiques) par le principe de l’induction, dialectique qui part de l’expérience du terrain pour tendre vers la théorie. Ces stages immersifs combinent sortie pédagogique sur le terrain et séquences avec des professionnels et production de savoirs.

L’apparition de plusieurs indicateurs nous poussent à réfléchir sur une autre vision de l’apprentissage, à une complémentarité des approches pédagogiques : la pédagogie par projet, le travail coopératif, les stratégies de résolution de « problèmes et principes ». Ces innovations par l’ailleurs reposent sur deux concepts : celui de l’échec productif (Productive failure) et celui du « design thinking ».

Enfin, ils sont un outil professionnalisant, ils attestent des compétences des étudiants auprès des professionnels partenaires ou bénéficiaires des stages.

Cette approche se retrouve développée de manière transversale dans quatre formations (licences Management du sport, Entrainement sportif, Education et Motricité, et licence professionnelle Intervention sociale et médiation sportive) et dans deux options sportives spécifiques du territoire de l’UBFC que sont le trail et les activités nordiques.

Mots clés :
Pédagogie, résolution de problème, innovation.

Porteur de projet :
Frédérick GUYON
U-Sports
Université de Franche-Comté
frederick.guyon@univ-fcomte.fr

Le projet RITMIC’S a pour objectif de favoriser la réussite des étudiants à l’université autour de piliers fondamentaux : l’acquisition, le développement des compétences sociales par l’intermédiaire de la préprofessionnalisation, le transfert de compétences, la transdisciplinarité, et la valorisation de la recherche.

Chaque pilier donne lieu à l’élaboration de pratiques nouvelles fondée sur l’acquisition de compétences sociales : transfert de compétences (intervention d’étudiants de CMI informatique), apprentissage et mise en pratique lors des cours en situation professionnelle : contact direct avec les professionnels au cours de la formation, événements particuliers (journées portes ouvertes, projets entreprises, etc.), enseignement transdisciplinaire via la mutualisation de cours avec plusieurs enseignants en même temps, etc.

Initier une réflexion au niveau d’UBFC pour une meilleure représentation et représentativité des potentialités universitaires sur la région Bourgogne-Franche-Comté.

Les étudiants seront amenés à développer des stratégies de valorisation des formations sous la forme de projets en lien avec la recherche.

Mots clés :
Compétences sociales, transfert de compétences, préprofessionnalisation, transdisciplinarité.

Porteur de projet :
Anne PARIZOT
UFR SLHS
Université de Franche-Comté
anne.parizot@univ-fcomte.fr