Portrait de chercheur – Les « fellowships » d’ISITE-BFC

Taro Kimura, lauréat d’un fellowship Junior international

Après avoir obtenu son doctorat en physique théorique et physique mathématique en 2012 à l’université de Tokyo, Taro Kimura rejoint le RIKEN (Institut de recherche physique et chimique, Wakō, Japon) puis le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) Paris-Saclay en tant que chercheur post-doctoral. Il intègre ensuite le corps professoral de l’Université Keio avant de rejoindre UBFC en 2019.

Sa recherche s’articule autour de divers domaines dont la physique des particules, la physique de la matière condensée et la physique mathématique et implique, notamment au cours des 10 dernières années, plus de 30 collaborateurs. Une carrière indéniablement motivée par l’interdisciplinarité.

1. Lors du troisième appel à projet d’ISITE-BFC, vous avez candidaté pour un fellowship Junior international permettant d’intégrer un laboratoire UBFC. Quelles ont été les motivations premières de cette candidature ?

Mon domaine de recherche se situe à l’intersection entre les mathématiques et la physique. La France dispose d’une très forte expertise dans ces deux domaines scientifiques. Mon institut d’accueil, l’Institut de Mathématiques de Bourgogne (IMB ; CNRS / Université de Bourgogne) héberge un groupe de Mathématique-Physique, unique groupe dédié à l’étude interdisciplinaire entre ces deux domaines en France. L’IMB constituait donc le laboratoire d’accueil idéal pour mener mes recherches. Avant de rejoindre UBFC, je travaillais en France, en tant que chercheur post-doc ; j’y ai découvert la pratique de la recherche « à la française » : j’ai le sentiment que la science y est abordée comme un art. Toutes ces raisons m’ont poussée à chercher une opportunité de revenir en France et d’y poursuivre mes recherches.

2. Pouvez-vous expliquer votre rôle au sein du laboratoire que vous avez choisi d’intégrer ?

L’IMB, mon institut d’accueil, couvre de nombreuses thématiques de la recherche en science des mathématiques, comme les mathématiques pures ou appliquées. Le groupe de Mathématique-Physique, auquel j’appartiens, se concentre sur les questions mathématiques inhérentes aux phénomènes physiques. Parmi eux, j’étudie principalement la théorie des champs quantiques (Quantum Field Theory ; QFT), qui est l’un des outils universels de la physique théorique. QFT a de nombreuses applications relatives à divers domaines de recherche tels que la physique des particules, la physique nucléaire, l’astrophysique et la cosmologie ou encore la physique de la matière condensée. Cependant, la fondation mathématique de la QFT n’est pas encore établie de manière satisfaisante. Mon rôle au sein de l’IMB est donc d’étudier cette question mathématique sous l’angle de la physique. Pour ce faire, j’aimerais collaborer avec des experts en mathématiques pures et appliquées de l’IMB. Par ailleurs, au carrefour des mathématiques et de la physique se trouve un fort potentiel d’études interdisciplinaires. Sur la base de mon expérience dans la recherche pluridisciplinaire, j’encourage vivement les interactions entre chercheurs de différents domaines de recherche. En dehors de mes activités de recherche, j’interviens également dans le Master Math4Phys d’UBFC. J’ai notamment donné des cours sur les matrices aléatoires, qui est un sujet d’importance majeur en physique mathématique. En raison de la crise sanitaire liée à la Covid-19, je n’ai malheureusement pas pu dispenser l’intégralité des heures d’enseignement prévues mais interviendrai à nouveau pour des cours similaires au prochain semestre 2020/2021.

3. Selon vous, quel est le ou les points forts du programme ISITE porté par UBFC ?

Je trouve que les personnes concernées par le programme ISITE-BFC, qu’ils soient chercheurs ou étudiants, sont très interactives au-delà de leurs disciplines. Comme énoncé précédemment, je donne des cours dans un des masters UBFC. J’ai pu constater de l’intérieur de la qualité des formations proposées aux étudiants. Pour ceux que j’ai eu l’occasion de rencontrer dans le cadre de mes enseignements, ils sont d’ailleurs très dynamiques et très motivés ! De manière générale, je trouve que le programme ISITE-BFC offre de nombreuses opportunités autant pour les chercheurs que les étudiants. J’apprécie vraiment l’atmosphère motivante et l’esprit d’excellence de ce programme et je suis reconnaissant du soutien qu’ISITE-BFC m’apporte dans le cadre de mes recherches.