Plateforme Nationale pour la Recherche sur la fin de vie

La recherche peut contribuer à l’amélioration des pratiques soignantes et à la sensibilisation des professionnels de santé et des citoyens aux problématiques de la fin de vie. La Plateforme Nationale pour la Recherche sur la fin de vie a pour objectif de structurer et coordonner la recherche sur ces questions sensibles.

De la recherche sur le médicament jusqu’à la philosophie, en passant par l’économie et la santé publique, cette recherche recouvre des disciplines et des approches très variées (médecine, sciences infirmières, santé publique, épidémiologie, économie, psychologie, sociologie, éthique etc.) et, sans doute en raison de cette complexité et des cloisonnements disciplinaires, elle reste encore insuffisamment structurée au niveau national et peu visible à l’international.

Pour améliorer la qualité de la recherche française dans ce domaine et pour faciliter les échanges entre chercheurs, leur donner l’occasion de collaborer davantage autour de projets structurants et de thématiques fédératrices est né un projet de Plateforme Nationale pour la Recherche sur la fin de vie.

Cette plateforme résulte de l’évolution d’un projet de groupement de recherche élaboré entre 2014 et 2016 par l’ensemble des Professeurs associés des Universités en Médecine palliative, et du projet élaboré dans le cadre du plan national triennal pour le développement des soins palliatifs et l’accompagnement en fin de vie – 2015-2018 (axe 2 – former les professionnels, soutenir la recherche et diffuser les connaissances sur les soins palliatifs).

Le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a missionné la Communauté d’Université Bourgogne Franche-Comté (UBFC) pour porter et animer la Plateforme, qui rassemble à l’heure actuelle près de 70 équipes de recherche, réparties sur l’ensemble du territoire français, pour moitié rattachées aux sciences médicales et pour moitié aux sciences humaines et sociales.

Co-Présidée par Patrick Baudry (professeur de Sociologie de Bordeaux Montaigne et chercheur associé au Laboratoire d’anthropologie des institutions et des organisations sociales – CNRS) et Régis Aubry (professeur associé de Médecine Palliative, responsable du pôle Autonomie et Handicap du CHU de Besançon et membre du Comité Consultatif National d’Ethique), la Plateforme se donne pour objectif général de proposer des outils de structuration et d’animation de la recherche dans ce domaine pour développer une dynamique de recherche nationale visible et forte, à travers la mise en œuvre d’actions spécifiques :

Plateforme fin de vie

Animation d’un réseau de chercheurs

  • Enquête nationale de recensement des chercheurs et unités de recherche (thématiques, méthodes, projets, stratégies de valorisation, besoins)
  • Favoriser et faciliter les collaborations entre les acteurs de terrains, les cliniciens, les chercheurs et les unités de recherche travaillant dans le champ de la fin de vie, au niveau national et international
  • Favoriser l’insertion des jeunes chercheurs dans des équipes de recherche
  • Mettre en place un système de veille des demandes de collaboration

Soutien aux Chercheurs

  • Accompagner les chercheurs pour l’élaboration et la réalisation de leurs projets
  • Recenser les besoins des chercheurs en termes d’aide méthodologique, de recherche de collaborations, d’aide à la publication, de formation, etc.
  • Mise en place des outils de veille (Publications, Appels à Projets, Congrès)
  • Contribuer à accroître la qualité scientifique des travaux de recherche et la formation des cliniciens et des chercheurs
  • Organiser des Ateliers et Séminaires de méthodologie, d’aide au montage et à la gestion de projet, à la valorisation ; en fonction des besoins recensés
  • Encourager et faciliter la participation des chercheurs aux congrès nationaux et internationaux
  • Aider à la diffusion des travaux de recherche

Actions stratégiques pour le développement de la recherche sur la fin de vie

  • Faire connaitre et reconnaître la recherche sur la fin de vie et la médecine palliative afin de favoriser l’émergence de call type ANR, H2020 et de préparer les équipes de recherche à y répondre.
  • Élaborer une stratégie scientifique de recherche en tenant compte des spécificités de la médecine palliative et de la fin de vie, à savoir une approche heuristique de la personne malade et vulnérable.