Réaffirmer la volonté de travailler ensemble

Le 14 mars, les chefs d’établissements membres d’UBFC, regroupés en conférence de presse autour de son administrateur provisoire Luc Johann, ont présenté leur plan d’action pour la poursuite du projet ISITE-BFC et témoigné de leur accord pour conforter ensemble l’université fédérale.

Pour mémoire, UBFC a obtenu en 2016, dans le cadre des programmes d’investissement d’avenir (PIA) lancés par l’État, le label Initiatives – Sciences – Innovation – Territoires – Économie (I-SITE) pour son projet ISITE-BFC. C’est d’ailleurs la seule COMUE (communauté d’université et d’établissements), géographiquement répartie sur toute une région, à porter un I-SITE. Ce label représente une véritable manne financière : 32 millions d’euros pour la période du 23 avril 2016 au 30 décembre 2020. Mais ISITE-BFC c’est avant tout un projet ambitieux pour structurer, développer et renforcer l’enseignement supérieur et la recherche sur le site Bourgogne-Franche-Comté autour d’axes forts1.

Conserver l’I-SITE à l’automne 2020

Le label I-SITE est attribué pour une période probatoire de quatre ans, à la suite de quoi une évaluation est menée par un jury international en vue de l’attribution définitive (pour dix ans au total). Une première échéance, posée en novembre dernier par le ministère, demandait aux établissements membres fondateurs d’UBFC de confirmer avant la mi-mars leurs engagements initiaux et les moyens mis en œuvre ou à mettre en œuvre pour tenir ces engagements, en vue du jury international qui statuera à l’automne 2020 sur la pérennisation du projet.

Une grande partie des engagements demandés sont d’ores et déjà remplis : portage du doctorat par UBFC, création de masters dispensés en langue anglaise attractifs pour les étudiants internationaux, signature unique, au nom d’UBFC, des publications scientifiques (dont le taux est actuellement à 70%), etc.

Au bénéfice de la région

Le plan d’action, qui vient d’être envoyé au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ainsi qu’au Secrétariat général pour l’investissement, par les établissements membres, vise prioritairement à continuer à mettre en place les jalons de la trajectoire ISITE-BFC. Dans ce plan d’action figure par exemple l’harmonisation des systèmes d’information des établissements, actuellement différents pour des raisons historiques. Cependant, cette harmonisation nécessite un lourd travail et des moyens financiers, c’est pourquoi les établissements membres ont convenu ensemble de constituer un fonds d’investissement mutualisé pour y parvenir.

Les chefs d’établissement ont affirmé en conférence de presse leur volonté de donner à ce modèle universitaire fédéral – dans lequel les établissements membres travaillent ensemble tout en conservant leur personalité morale – les moyens de fonctionner. « L’avenir de notre région ne sera pas le même selon que nous maintenons ou ne maintenons pas cette initiative d’excellence, a souligné Luc Johann. Cette région a un potentiel énorme et elle mérite que tout le monde s’unisse ».  Car c’est bien tout l’enjeu d’UBFC : développer le territoire, par la formation, la recherche, l’innovation « pour que les jeunes y restent, ou viennent s’y installer » et faire de la Bourgogne-Franche-Comté un site d’excellence scientifique d’envergure internationale.

1 axe 1 : matériaux avancés, ondes et systèmes intelligents ; axe 2 : territoires, environnements, aliments ; axe 3 : soins individualisés et intégrés.

Publié le 14 mars 2019