Highlights scientifiques et techniques

Axe 1 : Matériaux avancés, ondes et systèmes intelligents

Axe 2 : Territoires, environnements, aliments

Publication : Jeremy Astier, Arnaud Mounier, Jérôme Santolini, Sylvain Jeandroz and David Wendehenne. The evolution of nitric oxide signalling diverges between the animal and the green lineages. Journal of Experimental Botany, in press – doi: 10.1093/jxb/erz088

Le monoxyde d’azote (NO) est un médiateur physiologique produit par l’essentiel des organismes dont les plantes et est impliqué dans de nombreux processus biologiques. L’équipe de David Wendehenne a précédemment démontré que les plantes terrestres ne possèdent pas d’oxyde nitrique synthase (NOS), la principale enzyme catalysant le NO chez les animaux. En revanche cette protéine est présente chez quelques algues d’eau douce et marines mais, comparée à ces homologues animales, présente des singularités structurales1,2. Dans le cadre du projet ISITE NOISELESS, nous avons recherché si le module de signalisation cellulaire NO/GMP cyclique (GMPc) très bien caractérisé chez les animaux était présent chez les plantes. Dans ce module, le NO active par métal-nitrosylation la guanylate cyclase soluble (GCs) qui catalyse la synthèse de GMPc. En retour, le GMPc module l’activité de canaux régulés par les nucléotides cycliques (CNGC) et/ou active des protéines kinases GMPc-dépendantes (PKG). Cette voie est contrôlée négativement par des phosphodiéstérases (PDE) dégradant le GMPc en GMP et joue un rôle essentiel dans divers processus physiologiques tels que la neurotransmission ou la relaxation musculaire. Nos résultats indiquent que dans le règne végétal, seuls quelques homologues de GCs, de PKG, de CNGC et de PDE existent dans quelques algues mais leur présence n’est pas corrélé à la présence de NOS. Au contraire, la nitroso-glutathion réductase (GSNOR) contrôlant le taux de GSNO, un agent majeur de la S-nitrosation des protéines (une modification post-traductionnelle de protéine NO-dépendante), a été trouvé de façon récurrente3.
L’ensemble de ces résultats montrent que chez les plantes le NO n’exerce pas ses fonctions signalétiques via une voie NO/GMPc. Ils clôturent ainsi un débat récurrent d’une vingtaine d’année pendant lesquelles plusieurs équipes ont apporté des arguments supportant l’existence d’une voie NO/GMPc chez les plantes sans toutefois parvenir à le démontrer formellement. De plus ils supportent le concept que la S-nitrosation est un processus ubiquitaire de signalisation cellulaire dépendant du NO.

  1. Jeandroz et al. 2016. Occurrence, structure, and evolution of Nitric Oxide Synthase-like proteins in the plant kingdom. Sci. Signal. 9, pp. re2.
  2. Santolini et al. 2017. Nitric oxide synthase in plants: where do we stand? Nitric oxide 63, 30-38.
  3. Jeremy Astier et al. 2019 The evolution of nitric oxide signalling diverges between the animal and the green lineages. J. Exp. Bot., doi: 10.1093/jxb/erz088 Lien vers l’articel:https://academic.oup.com/jxb/advance-article-abstract/doi/10.1093/jxb/erz088/5367744?redirectedFrom=fulltext

Conférence : David Wendehenne a donné un séminaire dans le cadre du symposium EMBO international Sensing and signalling in plant stress response qui s’est tenu du 15 au 17 avril 2019 à New Delhi en Inde. Ce séminaire intitulé Nitric oxide synthase in plants: Where do we stand? a porté sur les travaux réalisés dans le cadre du projet NOISELESS ISITE-BFC.

Axe 3 : Soins individualisés et intégrés

Publications :

Arnaud LeLeu, Milena Dzhelyova, Bruno Rossion, Renaud Brochard, Karine Durand, Benoist Schaal, Jean-Yves Baudouin. Tuning functions for automatic detection of brief changes of facial expression in the human brain. NeuroImage. 179 (2018) 235-251.

Arnaud Leleu, Emilie Favre, Alexandre Yailian, Hugo Fumat, Juliette Klamm, Isabelle Amado, Jean-Yves Baudouin, Nicolas Franck and Caroline Demily. An implicit and reliable neural measure quantifying impared visual coding of facial expression : evidence from the 22q11.2 delection syndrome.Translational Psychiatry (2019) 9:67.