Googlomics : Le cancer scruté par l’algorithme de Google

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Une méthode dérivée du célèbre algorithme PageRank de Google et empruntant à la théorie quantique de la diffusion a été appliquée à un réseau de protéines et a permis de déceler des relations causales cachées entre certaines protéines. Cette méthode permet de mieux comprendre les liens entre les protéines, notamment comment ceux-ci sont modifiés dans le cas de pathologies.

Dans le corps humain, l’ensemble des protéines constitue un gigantesque réseau complexe, dont la structure évolue au cours du développement ou dans le cas de pathologies. Il existe plusieurs sous réseaux comme ceux des protéines impliquées dans la transcription ou dans la signalisation cellulaire. Une fonction biologique donnée est déterminée par des liens de causalité entre les protéines (réseau dirigé), liens qui seront différents pour une autre fonction.

Une nouvelle méthode appelée Googlomics et mise au point conjointement par l’Institut UTINAM de Besançon (CNRS/UBFC), le Laboratoire de physique théorique de Toulouse (CNRS/UPS) et l’Unité cancer et génome de l’institut Curie de Paris (INSERM/PSL), analyse la structure des réseaux dirigés biologiques et permet de quantifier, de manière rigoureuse et rapide, les effets d’une protéine sur une autre en prenant en compte la structure globale du réseau biologique.

Pour en savoir plus, cliquez ici